jeudi 11 octobre 2007

Mes fils, ma bataille

Ma collègue, Sophie, elle est dingue de ses gosses. Ils sont partout : de son fond d’écran aux photos sur son bureau. Elle nous donne de leurs nouvelles tous les matins. Pour peu elle répondrait à la question « comment vas-tu ? » par « ils ont bien dormi cette nuit ». Plusieurs fois par jour, elle s’exclame en regardant son écran « qu’ils sont mignons mes bébés ! ».
Ses bébés ! Deux faux jumeaux de deux ans qui lui ont coûté son ancienne fonction: de retour de congé de maternité, on lui avait ‘réorganisé’ son activité de travail. Son absence trop longue et sa demande de mi-temps avaient déplu à son supérieur qui l’avait mise sur une voie de garage. Après plusieurs mois difficiles, elle avait décroché un poste chez nous. Elle est arrivée quelques semaines après moi et avait été installée sur le bureau en face du mien.
Au fil des jours, nous sommes devenus assez complices. J’adore son caractère bien trempé, son sens de l’humour et de la répartie, qui nous emmènent souvent dans des joutes vocales et autres délires en tous genres.
Un jour où elle se plaignait d’avoir trop chaud, je lui ai dit qu’il s’agissait sans doute de son retour d’âge. Plutôt que de me renvoyer la balle de plus belle, comme à son habitude, elle m’a souri en me regardant et m’a simplement répondu « ça se pourrait bien, je suis ménopausée ».
Plutôt étonnant pour une fille de la petite trentaine. Je ne devais pas être le seul à le penser, j’avais le sentiment que l’activité sur le plateau s’était arrêtée et qu’une dizaine de paire d’yeux nous observaient.
Elle a commencé à nous raconter qu’il y a 4 ans, en réalisant des tests de fécondité, on a découvert chez elle un cancer des ovaires. Elle a subit chimio et divers traitements mais avait toujours gardé le moral car on lui avait dit qu’il était possible qu’elle soit enceinte après le traitement. Elle s’était accroché à cette idée et ne s’y était pas trompée : elle avait pu venir à bout de sa maladie et permettre à deux magnifiques jumeaux de voir le jour, deux petits miraculés.
Par la suite, une dernière intervention chirurgicale avait compromis à jamais ses chances d’enfanter à nouveau.
Dans ces conditions pas étonnant qu’elle soit complètement dingue de ses bébés ! Depuis cela, ils sont véritablement devenus la mascotte du bureau. Personne n’omet jamais de lui demander comment ils vont en la croisant le matin. Et moi je ne me lasse pas de l’écouter parler d’eux, le regard pétillant ! Quelle super maman !

2 commentaires:

joss a dit…

c'est magnifique

JP a dit…

Oui, je trouve ça très touchant aussi ;-)