dimanche 30 juillet 2006

Torino, sempre Torino

Caselle, 11h du matin. En quittant l'avion et son air conditionné, je repense à ce que l'on m'avait dit : Turin, pendant les vacances, c'est vide. Tout le monde fuit la chaleur, et se réfugie sur la côte.


Et en effet! Durant ce voyage express, j'ai eu maintes fois l'occasion de confirmer la sagesse populaire turinoise. Il fait chaud, très chaud même : le thermomètre de la gare de Porta Susa chauffe à 44 degrés. Un peu exagéré sans doute, mais ca donne une indication... La ville semble aussi dépeuplée. Les cafés de Piazza San Carlo sont vides, malgré leur terrasse couverte. Et les serveurs, qui doivent bouillir sous leur chemise-noeud pap'-redingote, attendent le client à l'abri des arcades. Et les magasins? Ils n'ouvriront pour la plupart leurs portes qu'à 16h, après la sieste. Seuls ceux qui ont la clim' voient des clients s'y réfugier.

Tout m'invite donc à me la couler douce, et à savourer le dolce far niente. Vali, qui s'en ira chercher un peu de fraîcheur dans les Abruzzes début août, n'en pense pas moins. On se raconte alors nos dernières aventures devant un thé glacé de chez Olsen, ou une glace yoghurt & crema di Grom. Et le soir, assis devant les fontaines de Piazza Castello, on regarde la ville reprendre peu à peu vie...


Serge

1 commentaire:

eye a dit…

Ce n'est pas aujourd'hui le jeu sur les Eglises de Liège?